61 On peut par ailleurs souligner que Stéphane Breton, dans son analyse de la monnaie wodani, polarise son attention sur les seules compensations matrimoniales et pour meurtre, c’est-à-dire sur ce qu’on a requalifié de dette diagonale de vie[29] [29] rendus méchants par le spectacle du plaisir des survivants. Il ne faut pas oublier de leur sacrifier régulièrement un cochonxA0;(Breton 2002b: 213).63 Or xA0;la consommation de nourriture est l’acte le plus problématique, et aussi le plus chargé de sens qu’ils connaissent. C’est l’acte social par excellencexA0; (Ibid.). En effet, c’est l’acte par lequel s’opère la totalisation sociale, puisqu’on mange également (symboliquement) les monnaies. Manger dans son coin en cachette est une attitude individualiste répréhensible punie par les esprits: en d’autres termes, c’est de la fraude! Cela ne suggère-t-il pas que se plier à l’ordre établi n’est pas évident pour les Wodani, qu’il est concevable de ne pas le respecter, et que la xA0;transmissionxA0; ne va pas réellement de soixA0;?[30] [30] On peut renforcer cet argument en rappelant 233;galement le. homme lacoste pas cher
..suite64 Par ailleurs, Stéphane Breton considère que le déni de la dette verticale vaut pour l’ensemble de la Mélanésie. Or il semble que cette généralisation soit indue au vu du cas de la société de Mono-Alu décrite par Denis Monnerie (2002). Dans cette société, plusieurs mythes dont celui de Soi, xA0;héros mythique et ancêtre originelxA0; à qui on attribue xA0;la découverte des cordons […] qui sont utilisés pour […] assembler les perles des monnaies les plus valoriséesxA0;, instituent une xA0;coupure fondamentale […] entre les ancêtres originels et le monde des vivants qui leur est sans cesse redevablexA0; (ibid.: 88). xA0;S’instaure ainsi entre les protagonistes du mythe comme une dette mythique inépuisable de la part des vivants. lacoste femme neuf pas cher Les monnaies sont à la fois l’origine de cette dette et les biens qui visent à la comblerxA0; (ibid.: 90).65 N’est-ce point là un cas où une dette de vie verticale est bien pensée comme dette, compensable en monnaie, des vivants à l’égard des ancêtres mortsxA0;?66 Pour réduire la portée de la critique de Stéphane Breton, on peut encore invoquer la raison qui fait qu’il adhère lui-même, malgré ses critiques, aux thèses de La Monnaie souveraine, à savoir sa reconnaissance du fait que la théorie économique standard n’est pas pertinente pour penser la monnaie dans la société moderne. En effet, dans la mesure où il considère par ailleurs, à juste titre selon nous, qu’elle n’est autre qu’une théorie indigène propre à nos sociétés, il reconna?t implicitement qu’une telle théorie ne dit pas nécessairement la vérité sur la société qu’elle théorise, ne traduit pas nécessairement ce que pensent unanimement l’ensemble de ses membres. Ainsi quand il observe qu’xA0;on peut […] étendre le terme de monnaie au cas de sociétés exotiques, sans se soucier de guillemets, si l’on précise que l’échange des utilités n’est qu’un cas particulier de la circulation de la valeur et que la théorie économique de la monnaie n’est qu’une théorie indigène, qu’il nous faut éclairer par comparaison avec d’autres théories indigènesxA0; (Breton 2002a: 24), cela suggère que la théorie indigène des Wodani, quand elle nous assure que le don primordial de vie ne crée pas de dette mais doit seulement être réitéré[31] [31] «xA0;Pour les Wodani, si le monde conna238;t d233;sormais... chemise lacoste pas cher
suite, que cette obligation relève de xA0;l’évidencexA0; ou du xA0;caractère inconcevable de ne pas faire autrementxA0;, ne dit pas nécessairement, elle aussi, la vérité de la société wodani.67 Certes, Stéphane Breton a raison de considérer qu’il ne peut décrire le système social des Wodani xA0;sans prendre en compte les raisons qu’ils se donnent et qui font partie de l’objet mêmexA0; (correspondance personnelle). Mais xA0;prendre en comptexA0; implique-t-il de prendre pour argent comptant le point de vue ainsi expriméxA0;? Pour l’anthropologie, selon Stéphane Breton, ouixA0;! Car parler de dette à propos de leurs relations aux êtres supra-humains reviendrait à penser que les Wodani xA0;sont en dette sans le savoirxA0;, ce qui serait contraire à l’idée de dette telle qu’elle doit être con?ue, c’est-à-dire comme concept subjectif et normatif (ibid.). Mais, si on adoptait la même attitude pour les sociétés capitalistes contemporaines où dans la théorie indigène – à savoir l’économie politique –, les seules dettes qui sont pensées en tant que telles sont les dettes marchandes contractuelles, on ne devrait pas non plus parler de dette sociale pour ce type de société, comme le font La Monnaie souveraine et Stéphane Breton à sa suite. Aussi, il se pourrait bien que ce soit ce dernier et non le livre qui subisse xA0;l’influence méconnue de l’économiexA0;[32] [32] «xA0;[…] cette id233;e de Dette trahit encore, nous semble-t-il,..